Ecologie

NOUVEAU PLANTES : Comment définir l’intelligence des plantes ?

ECOLOGIE PLANTE : Découvrez ce qu'est l'intelligence des plantes. Pour se protéger, s'alimenter, prospérer les plantes utilisent divers stratagèmes ! Elle dealent du Nectar pour négocier avec ses alliés
Petite video, qu’est ce que l’intelligence des arbres ?

crédit : Un reportage de Raphaële Schapira et Vincent Barral diffusé dans « Envoyé spécial » le 26 octobre

Qu’est ce que l’intelligence des plantes?

Définition intelligence : La capacité d’acquérir des connaissances et de les appliquer. De même la faculté de pensée et de raison.

Depuis des décennies, depuis Darwin, nous considérons les animaux comme intelligents. Par exemple le chimpanzé est capable de fabriquer des outils, d’apprendre le langage des signes; L’orque est capable d’apprendre de nouveaux codes sociaux et de communiquer dans différentes langues de cétacés.

Les plantes se comportent un peu de la même manière, de façon intelligente : certaines peuvent se déplacer, élaborer des stratégies contre les prédateurs, utiliser leur odorat pour repérer de potentiels dangers, migrer, produire plus de pollens, faire évoluer la couleur de leur fleurs pour attirer des insectes…

L’arbre de vie serait l’origine de toute l’espèce vivante

L’adaptation des plantes face à leur environnement

Beaucoup d’études sont réalisées sur les plantes, et il apparait que même si elles semblent sédentaires et inactives , les plantes doivent apprendre à survivre et s’adapter face à des prédateurs hostiles et une conjoncture toujours en mouvement : compétition avec les autres plantes, survie face à des prédateurs qui mutent, fournir du nectar aux insectes en échange de protection…

Adaptation face aux prédateurs des plantes ?

  • Champignons : qui peuvent tuer de jeunes pousses, modifier la santé d’un arbre, manger des racines… 
  • Insectes : qui vont manger les feuilles, se nourrir de racines
  • animaux : qui vont manger les feuilles, détruire de jeunes pousse, déraciner des plantes
  • Le climat : trop aride qui assèche des zones, trop humide qui noie des racines, trop de vent qui déracinent les plantes
  • Les humains : qui détruisent le plantes pour les brûler, qui les utilisent à des fins commerciales

Dans ce climat et ce contexte hostile, les plantes ont du ruser et réfléchir à des nouvelles solutions pour survivre.

Les plantes étaient présentent avant les êtres humains, avant les animaux, avant les insectes. Elles sont l’origine de ce monde terrestre et en fournissent une grande partie des nutriments. Ainsi elles on développé des mécanismes de défense et aussi des mécanismes d’échange de bon procédé avec leur environnement.

Quels sont les mécanismes développés par les plantes ?

Selon le neurobiologiste Stefano Mancuso qui plaide pour une reconnaissance des droits des plantes, celles ci agissent de manière très organisées et avec des stratégies qui valent celles de l’organisation des fourmis, des abeilles ou des humains.

Echange nectar contre services

Les plantes se reproduisent selon un mécanisme très simple : la pollinisation

Dans ce schéma nous pouvons constater qu’il y a une phase de pollinisation effectué par un agent extérieur à celui de la plante : l’abeille.

Abeilles echangent pollen contre nectar dans la pollinisation

L’échange est assez simple, l’abeille récupère sur son manteau de poil du pollen venant de la plante et le déposera sur une autre plante lors de sa prochaine butinerie.

En échange, elle peut butiner du nectar de la plante qui a un goût sucré excellent pour les papilles et/ou elle l’utilisera à des fins personnelles ( faire du miel pour les abeilles par exemple).

 Fourmis echangent nectar contre protection

Les fourmis raffolent de nectar, elles sont dans un réel échange avec les plantes environnantes à la fourmillière.

Celles ci sont organisées de façon miliaire avec des travailleuses, des soldats, des nourrissent… Ainsi elles ont des talents à mettre au service de la plante notamment militaire et de nettoyage. 

Par exemple les Nephentes, ces plantes carnivores capables de manger des insectes ou animaux, ont besoin des fourmis pour :

  • Nettoyer les parois lisses de leur cavités
  • Repousser les champignons et insectes qui endommagent leur capsule

Le marketing des plantes pour vendre leur nectar

Dès lors que le nectar devient un produit d’échange avec les insectes, la plante devra recourir à d’astucieuses stratégies pour attirer les insectes :

  • Couleur et envergure de leurs fleurs : les fleurs de couleur vive devront attirer plus d’isectes volants, les envergures grandes rendent la fleur d’autant plus visibles
  • Odeurs forte de leur nectar : Les nectars à odeurs forte permettent selon le sens du vent, d’attirer des insectes venant de loin.
  • Goût particulier et excellent du nectar : Un nectar au oût onctueux aura pour valeur de fidéliser le client.

Ce marketing changera d’une plante à une autre selon sa taille, son environnement, ses prédateurs, la saison.

Pour découvrir l’ensemble des relations entre les insectes et les plantes, un livre est nécessaire : L’intelligence des plantes de Stefano mancuso. 

//ws-eu.amazon-adsystem.com/widgets/q?ServiceVersion=20070822&OneJS=1&Operation=GetAdHtml&MarketPlace=FR&source=ac&ref=qf_sp_asin_til&ad_type=product_link&tracking_id=happypositive-21&marketplace=amazon&region=FR&placement=2226402446&asins=2226402446&linkId=527eb251743266b4c32b968edd93f441&show_border=true&link_opens_in_new_window=true&price_color=333333&title_color=0066c0&bg_color=ffffff

La communication entre les plantes pour prospérer et se protéger

Aujourd’hui, les scientifiques savent également que les plantes communiquent de multiples façons: par leurs odeurs, des signaux électriques ou des vibrations. Les peupliers peuvent par exemple envoyer des messages d’alerte à leur voisins.

Dans leurs racines, comme le soutenait Darwin, Mancuso a enregistré dans les radicules (les extrémités des racines) les mêmes signaux que ceux émis par les neurones de cerveaux animaux. Il compare ce système à Internet: la plante s’étend sur un réseau de millions de petites racines et, même si on lui arrache 90% de ce réseau, elle peut survivre et continuer à fonctionner.

Un point de vue radical, mais qui va dans le sens de celui de Darwin. Le père de la théorie de l’évolution a lui aussi étudié les plantes et découvert qu’elles pouvaient se mouvoir et réagir à des sensations. Il a également observé que l’extrémité des racines des plantes agit comme le ferait un cerveau.

Les végétaux disposent aussi de sens qui correspondent aux nôtres, et en ont même certains en plus: la capacité à mesurer l’humidité, à réagir à la pesanteur et à sentir les champs électromagnétiques.

J’espère que cet article vous a plus, n’hésitez pas à liker, commenter, partager !!

Happy positive news !

Je remercie Pixabay pour la mise à disposition de toutes les photos présentent sur ce site

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s